topblog Ivoire blogs

01/04/2016

Robin Kang - Ridgewood

 

1-1.jpg



En collaboration avec le conservateur et artiste, Steve Mykietyn de Orgy Park, nous avons visité spacieux studio de Robin Kang situé à Ridgewood, Queens.

En se concentrant sur le tissage, les fibres, et le collage, Robin Kang utilise ces différentes techniques pour transporter le spectateur à un endroit où la rencontre abstraite et réelle avec tous ses plans et ses imperfections. Mobiliser des techniques de l'imagerie photoshopping, Robin systématise ce avec une machine à tisser de haute technologie qui indique quelles parties des fils peuvent monter ou descendre en fonction de l'imagerie. Sa pratique prend sur les modes de recherche de manière très tactiles qui absorbe le spectateur en contact ou des idées en dehors des beaux-arts et dans l'artisanat et le motif. Nous avons parlé de son processus, l'histoire du tissage et de la façon dont les technologies numériques ont joué un rôle dans son travail.

1-2.jpg



F & S: Pouvez-vous parler de votre processus?

R: Comme dans tous les processus de tissage, il y a une quantité considérable de temps et de travail qui va dans la configuration du métier à tisser. Chaîne de mesure, l'enroulement, et le filetage peut prendre des mois. Habituellement, je me retrouve sur de très longues chaînes qui seront ensuite utilisés pour plusieurs projets dos à dos. Avec le métier à tisser mis en place, chaque œuvre commence par une recherche et le stade de l'esquisse numérique. Le matériel source de mes recherches sur le matériel informatique précoce et historique tissage ethnographique symbolique devenir un point de sauter pour mes images générées numériquement. Après que je suis satisfait de l'image, il se traduit par une série de structures de tissage composées de pixels noirs et blancs. Ceci est le langage binaire que mon métier à tisser comprend, soit les fils ascenseurs ou reste en bas. Actuellement, je me sers d'un métier à tisser Jacquard numérique TC-2, qui utilise un mélange passionnant de la technologie contemporaine et le tissage à la main. Puis, je tisse la main une série de tests pour le fichier avec des couleurs différentes potentiels de fil, des textures et des variations. Chaque fil de trame est tissée à la main, donc il y a la liberté créative pour changer les couleurs et l'utilisation de matériaux inhabituels ainsi. Sélections de ces tests deviendront les derniers travaux.




F & S: ce qui inspire votre intérêt à faire œuvre d'art?

R: Je suis très intéressé par l'histoire du tissage et de ses liens avec la mémoire, la technologie et la communication tout agglomérées dans un objet d'utilité. En outre, je trouve satisfaction dans le processus rythmique et répétitif de créer le tissu. Cultures sur toute la planète se sont engagés dans diverses formes de tissage pendant des siècles, il est donc un métier profondément riche pour étudier.



F & S: Comment avez-vous de travailler avec le collage et la gravure dans le tissage?

R: Mon arrière-plan avec la création de compositions est numériquement très important pour travailler avec ce type particulier de métier car il y a une quantité considérable de processus qui va dans le fichier mis en place. D'une certaine manière, il me conduire à elle. Je me suis retrouvé avec des impressions qui ont été référençant des motifs inspirés de textiles et des structures de grille liées pixellisés. Apprendre à tisser était une étape logique. Il y a beaucoup de similitudes avec les deux milieux de processus lourds qui permettent encore pour une large gamme d'improvisation. Maintenant, je suis en mesure de créer des images numériques avec verrouillage fils à la place de l'encre!



F & S: Les images de référence qui apparaissent dans vos pièces murales proviennent de la technologie au début, pouvez-vous parler un peu de vos résultats et processus de décision?

R: Le métier à tisser Jacquard a une relation historique au développement technologique, et soutenu par certains comme un ancêtre à l'invention de l'ordinateur comme il a été la première machine à utiliser un système de cartes perforées. De plus, il y avait un moment dans l'histoire de l'ordinateur lorsque les ordinateurs des données stockées dans des grilles tissées de fils de cuivre appelés ferrites mémoire Cores. La recherche de ces belles et souvent tissés à la main des pièces d'ordinateur au début est devenu une source d'inspiration.



F & S: Vous avez récemment acheté un métier à tisser, quelles nouvelles choses pensez-vous qu'il va vous inspirer pour créer?

R: Après avoir utilisé des métiers similaires dans un autre endroit pendant plusieurs années j'ai décidé de franchir le pas et obtenir un. Avoir accès à cet outil étonnant quand je veux a prouvé à ce jour pour être inestimable pour le montant des travaux que je suis en mesure de produire. En outre, mon métier à tisser a une capacité de tisser des projets jusqu'à 58 "de large, ce qui ouvre des tonnes de possibilités pour des projets futurs. Il reste très se sent comme un nouveau jouet brillant pour moi avec tant de choses à explorer!



F & S: Vous sont également impliqués dans l'organisation et des expositions d'art curating pouvez-vous parler de vos idées avec celles-ci? Comment vous sentez-vous qui informe votre pratique?

R: Alors que dans les études supérieures au SAIC, je dirigeais une petite galerie d'appartement appelé le Space Project Carousel. J'ai beaucoup appris de cette expérience et vraiment apprécié de travailler avec d'autres artistes que j'admirais. Quand je suis revenu à Brooklyn, je cherchais des moyens d'engager avec la communauté Bushwick florissante de la même manière. Quand un espace relié à mon studio ouvert, je suis dans la phase d'installation avec mon métier alors j'ai décidé de l'utiliser pour des expositions de pop-up serait un exutoire créatif si nécessaire. Cet espace de projet, et aussi mon métier, ont été nommés Penelope. Curating est quelque chose que vous aimez vraiment, et je pense qu'il est important pour la communauté de l'artiste d'avoir des possibilités d'exposition non-commerciales qui encouragent l'expérimentation.



F & S: Est-ce ces dessins créés sur photoshop ou un autre processus numérique? Comment anticipez-vous la traduction entre le numérique mis en place / dessin numérique, puis le processus de leur tissage physiquement?

R: Bien que je l'habitude d'utiliser photoshop, il y a plusieurs façons que vous pouvez aborder la création de fichiers qui sont compatibles avec le métier à tisser. Le procédé implique une série d'étapes qui se traduisent par des images numériques dans des structures d'armure. Ceux-ci déterminent la façon dont les fils de verrouillage et ceux qui sont visibles sur la surface de la toile. Ensuite, l'aspect tissage à la main est très similaire à celle d'un métier à tisser au sol, en utilisant les navettes et les bobines de fils de trame choisis. La partie intéressante du processus est que, la traduction de l'ordinateur à tisser est jamais exactement ce que vous attendez. Chaque étape a une quantité surprenante de variables qui peuvent radicalement changer le résultat du tissage final.


F & S: Il y a une longue histoire de tissage et de voir une juxtaposition ou même un conflit inhérent entre le processus et l'application. Voyez-vous comme un conflit entre cette chose numérique et physique ou plus d'une extension d'une longue lignée de tissage et une étape logique?

R: Je vois ce que je fais en mettant en évidence les relations qui ont déjà existé entre deux champs apparemment sans rapport. Pour moi, il se sent comme une étape logique qui allie les processus du passé, du présent, et potentiellement l'avenir. Manifester quelque chose tactile du numérique est vraiment excitant.

1-3.jpg




F & S: Dans notre visite, vous fait allusion à certaines méthodes traditionnelles «correctes» d'aller sur le tissage afin de parvenir à une certaine quantité de «bon savoir-faire». Comment naviguer à travers ce avec la longue histoire du tissage et ont encore la possibilité d'explorer le matériel?

R: Par rapport aux tisserands à vie, je suis encore relativement novice en termes de certains aspects de l'artisanat qui prend des années de pratique considérable pour se développer. Donc, je décide d'embrasser mes erreurs dans le cadre de la beauté produite par un procédé à la main. Parfois, je choisis même de mettre en évidence ces erreurs en laissant balançant les fils cassés ou lisières malpropres sauvages sur mes travaux finis. Ils sont faits à la main des pépins, et parfois je trouve les erreurs sont la meilleure partie.


F & S: Votre travail est accroché au mur rappelle tapis anciens, des objets très beaucoup trouvés dans l'artisanat ou de collection, comment est votre dialogue développé aux côtés de ces ensembles d'idées qui composent formelles?
Jerome Gastaldi Paintings
R: Jusqu'à présent, je l'ai utilisé le mode de présentation à jouer avec différentes façons un spectateur peut avoir interagi avec des textiles dans leur passé. Par exemple, un tissu antique précieux dans un musée pourrait être encadrée sous verre ou soigneusement cousu main à linge tendue, tandis qu'une tapisserie d'art populaire peut se bloquer dans une maison à partir d'une tige de cheville. Différents travaux semblent appeler différents modes de présentation qui correspondent à leur personnalité.



F & S: Que pouvons-nous voir de vous à l'avenir? Quels sont les projets en cours?

R: J'anticipe un long été du temps de métier à tisser de la qualité tissage de nouveaux projets que je l'ai conçu récemment. En outre, il y a quelques projets de conservation actuellement à l'affiche à Brooklyn (Static Cling 2 à BAM, Neo-Craftivism à The Parlour Bushwick) et une prochaine un dans l'Upper East Side. La chute sera également occupé par un groupe exposition textile étonnant à Los Angeles et une grande gamme à Penelope. Détails pour tous ceux-ci peuvent être trouvés sur mes points de vente de médias sociaux.

 

by (Anna Razumovskaya Paintings)

Les commentaires sont fermés.